BCU Lausanne
 
BCUL / Documentation vaudoise / Musiciens vaudois : Recherche alphabétique

  A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 N : 9 références
 


Jules Nicati (1873-1939)
 


Le pianiste vaudois Jules Nicati est né à Morges le 16 octobre 1873. Toujours étroitement lié à celui de l'institution, son parcours marque l'histoire du Conservatoire de Lausanne, dont il est successivement élève, professeur et directeur. Il fréquente la jeune institution à la fin du XIXe siècle, suivant les cours de piano de Carl Eschmann-Dumur, connu pour sa volonté de populariser la musique, puis de l'organiste Charles Blanchet. Jules Nicati part ensuite perfectionner son jeu de pianiste à Strasbourg, auprès de Fritz Blumer.


De retour à Lausanne, il commence une carrière de pianiste, comme soliste ou en formation de musique de chambre, comme lors des duos avec Georges Humbert, au piano double Pleyel, avec lequel il effectue notamment une tournée wagnérienne en 1902. Accompagnateur recherché, il se produit avec de nombreux musiciens, y compris étrangers, comme le Quatuor tchèque et le Quatuor Sevcik. Dès 1903, il entre à l'Institut de musique de Lausanne - futur Conservatoire de Lausanne - comme professeur de piano dans les classes secondaires et supérieures.

Directeur de l'institution depuis la démission inattendue d'Emile-Robert Blanchet en 1908, il assume ce poste jusqu'à sa démission en 1921, où il est remplacé par son ancien élève Charles Lassueur. Ses années à la tête du Conservatoire s'avèrent concluantes, malgré la guerre et la période de trouble qu'elle engendre. Outre l'augmentation régulière du nombre d'élèves et de l'offre de cours, c'est sous sa direction que l'Institut de musique change de statut, en 1910, pour devenir le Conservatoire de Lausanne: cette officialisation de l'institution s'avère salvatrice d'un point de vue financier et permet, en outre, une meilleure reconnaissance des titres distribués.


Jules Nicati quitte officiellement le Conservatoire en 1922. Nommé professeur honoraire, il conserve cependant sa classe de virtuosité jusqu'à son décès. Sincèrement attaché à l'institution lausannoise ainsi qu'à la formation des musiciens du canton, il finance dès 1931 le prix Chopin, et accueille un salon de musique dans sa propriété de Tolochenaz, près de Morges. Jules Nicati décède des suites d'une longue maladie le 14 septembre 1939. Une fondation Nicati-de Luze (du nom de son épouse) existe depuis 1965 pour soutenir financièrement les études de jeunes musiciens. Cette fondation finance également le plus grand concours d'interprétation de Suisse (concours Nicati) depuis 2000.


SOURCES: sites et références mentionnés; "Richard Wagner", Tribune de Lausanne, 1902/03/02, p. 2; "Institut de musique", Tribune de Lausanne, 1902/10/21, p. 2; "Au Conservatoire", Tribune de Lausanne, 1920/10/31, p. 3; Conservatoire de Musique de Lausanne - Jubilé centenaire: 1861-1961, Livret de fête, notice historique, Lausanne, Ere nouvelle, 1961; Jaccottet, Georges, Le conservatoire de musique de Lausanne (1861-1986), Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise, 1986; Scherrer, Antonin, Conservatoire de Lausanne: 1861-2011. Gollion, infolio éditions, 2011. [BCUL/MU/nmo/2013/08/20]

 
Archives:
https://www.helveticarchives.ch/detail.aspx?ID=334750
http://www.davel.vd.ch/detail.aspx?ID=249358
http://www.hemu.ch/fileadmin/user_upload/documents/Presentation/Publications/Dossier_Historque_150_ans.pdf
Liens vers le réseau vaudois:
Tous les documents
Enregistrement sonore
Musique imprimée
Multimédia
La musique à la BCUL site Riponne


Nouvelle recherche