BCU Lausanne
 
BCUL / Documentation vaudoise / Musiciens vaudois : Recherche alphabétique


  A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 S : 42 références
 
 • Saccon Stefano
 • Samah Karim
 • Sandoz Maurice
 • Sanshiro 
 • Santa Maria Sebastian
 • Sarcloret 
 • Sartoretti Christine
 • Scheder Pierre Dominique
 • Schelling Ernest
 • Scherrer Antonin
 • Schlup Nicolaï
 • Schmidlin Peter
 • Schneider Charles
 • Schulé Bernard
 • Schuricht Carl
 • Schwizgebel Robert
 • Sciboz Sophie
 • Scolari Henri
 • Sens Unik 
 • Sérieyx Auguste
 • Sérieyx Marie-Louise
 • Sevhonkian Lorris
 • Shann Edgard
 • Shovel 
 • Sideburn 
 • Simoncini Ernest
 • Sinfonietta de Lausanne 
 • Sludge 
 • Solange la Frange 
 • Sombart Elizabeth
 • Sonalp 
 • Spalinger René
 • Spiegelberg  Daniel
 • Stade 
 • Starobinski Georges
 • Stauffer Eric
 • Stierlin-Vallon Henri
 • Stravinskii Igor
 • Stress 
 • Strong George Templeton
 • Stuller  Gyula
 • Sutermeister Heinrich


Ernest Simoncini (1899-1973)
 


Ernest Simoncini est né à Gossens, commune du Nord vaudois proche d'Yverdon-les-Bains, en 1899. S'il n'est pas le musicien le plus connu de son canton, il se distingue pourtant par ses activités de professeur de musique et de direction. Il passe sa jeunesse à Vevey et en Italie, où il effectue une partie de ses études, et se montre très doué pour la musique.


Directeur de chœur depuis les années 1920 à Lausanne, il dirige de nombreuses formations réputées comme le Chœur mixte de Lausanne, le Chœur mixte romand et l'Union chorale de Lausanne. Malgré cette grande activité, il reste avant tout attaché à la dimension pédagogique de la musique, et fonde à cet effet, en 1931, l'Académie Sainte-Cécile, à l'Avenue de la Gare à Lausanne. Entouré d'excellents professeurs de chant, de piano et de violon, il s'y réserve l'enseignement de l'histoire de la musique, de l'harmonie et du contrepoint, jusqu'à ce que la guerre et la mobilisation ne lui enlèvent ses élèves et ne le condamnent à fermer son Académie. L'histoire veut qu'il ait, par philanthropie et amour des belles notes, accepté bon nombre d'élèves sans le sou.

La fermeture de l'Académie Saint-Cécile de Lausanne ne condamne pas le pédagogue qu'il est, puisqu'il enseigne ensuite le chant et la musique à l'Ecole normale de musique de Lausanne, aux Conservatoires de Vevey et de Montreux, ainsi qu'au Collège de l'Elysée à Lausanne. A partir de l'après-guerre, il se consacre essentiellement à cette tâche, ainsi qu'à ses activités de critique de musique, d'art et de cinéma, notamment pour la Radio suisse romande, pour laquelle il enregistre également de nombreuses causeries musicales. En tant que compositeur, il écrit quelques pièces pour chœur qui louent les beautés du Pays de Vaud, comme Salut au pays pour chœur à quatre voix, ou Mon pays, pour chœur de femmes a cappella à trois voix.


Ernest Simoncini décède le 22 janvier 1973 à Lausanne des suites d'une grave maladie cardiaque. Son épouse, Berthe Simoncini, musicienne et cantatrice de talent, le suivra deux ans plus tard.


SOURCES: sites et références mentionnés; Burdet, Jacques, La Musique dans le canton de Vaud: 1904-1939, Lausanne, Editions Payot, 1983, p. 750-151; "L'Académie Ste-Cécile", Feuille d'avis de Lausanne, 1931/08/21; "Musicien connu des lausannois, Ernest Simoncini n'est plus", 24 heures - Feuille d'avis de Lausanne, 1973/01/24; "Mort d'un musicien lausannois", Tribune-Le Matin, 1973/01/26. [BCUL/MU/nmo/2013/10/16]

 
Archives:
http://www.davel.vd.ch/report.aspx?rpt=1&id=246918
Documents sonores, issus des archives de la Phonothèque nationale, disponibles uniquement
sur les postes d'écoute de la BCUL : site Riponne (3 postes) et site Unithèque (1 poste)

Simoncini, Ernest
Liens vers le réseau vaudois:
Tous les documents
Enregistrement sonore
Musique imprimée
Multimédia
La musique à la BCUL site Riponne


Nouvelle recherche