BCU Lausanne
 
BCUL / Documentation vaudoise / Musiciens vaudois : Recherche alphabétique


  A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 R : 27 références
 


Marc Ridet (1952-)
 
Ridet_M_01.jpg
Photo : Libre de droit
(Cliquer sur l'image pour l'afficher en taille réelle)


Né en 1952 à Paris, Marc Ridet a contribué à l'essor de la scène musicale romande. Tout d'abord partagé entre ses études d'éducateur spécialisé, qu'il suit notamment en Ecosse, et sa passion pour la musique, il profite d'une histoire amoureuse pour s'installer à Lausanne au début des années 1980. Il se tourne définitivement vers la musique en 1985, lorsqu'il devient programmateur de la nouvelle salle la Dolce Vita, scène lausannoise emblématique de la contre-culture rock, hip-hop et électronique. Il parvient notamment à faire venir les Sonic Youth, les Red Hot Chili Peppers et Stéphane Eicher. Malgré son renvoi brutal de la Dolce Vita en 1995, Marc Ridet reste estimé dans le milieu étroit des musiques actuelles et fonctionne comme manager auprès d'Elliott Murphy et de Polar.


En 1997, Daniel Rossellat, directeur du Paléo Festival de Nyon, le contacte pour créer une structure de soutien pour les artistes suisses, la Fondation Romande pour la Chanson et les Musiques Actuelles (FCMA). Le but de cette fondation n'est pas de subventionner des artistes, mais de les mettre en réseaux, de leur ouvrir l'accès aux labels, et de faciliter leurs apparitions scéniques. Il participe lui-même à cet effort en tant qu'organisateur de concerts, puisqu'il est le co-programmateur, avec Julien Gross, du festival bisannuel Label Suisse à Lausanne.

Lauréat du Mérite artistique Régionyon 2017.


Obtenir un statut pour les musiques actuelles et les artistes suisses est une tâche qui lui tient à coeur. Marc Ridet ajoute ainsi à la FCMA le Swiss Music Export, plateforme basée à Zürich avec une antenne à Nyon, qui cherche à promouvoir et diffuser la musique suisse à l'étranger, avec comme partenaire principal le Festival du Printemps de Bourges ou l'Eurosonic de Groningue.


SOURCES: Béguin, Pascal, "Rock, rap et cie... Une fondation pour chanter la création romande", L'Impartial, 1998/08/10, p. 3; Masserey, Michel, "Noyée dans les chiffres rouges, la Dolce Vita fermera ses portes à l'été", Le Temps, 1999/04/08; Julliard, Nicolas, "Avec le projet Swiss Music Export, la pop helvétique se lance à la conquête du monde", Le Temps, 2002/04/12; "Le passeport suisse et moi", Le Temps, 2004/08/10; Schenck, Christophe, "Marc Ridet au service de la musique suisse", L'Hebdo, 2006/12/07; Senff, Boris, "De la Dolce Vita à la FCMA, Marc Ridet connaît la musique", 24 Heures, 2007/03/30, p. 38; Vujica, Renata, "L'esprit de la Dolce est toujours vivant 25 ans après", 24 Heures, 2010/04/12. [BCUL/MU/nmo/bs/2017/11]

 
Sites Internet:
http://www.fcma.ch/equipe
http://www.cultureenjeu.ch/?a=8,16&art_id=259
http://swissvibes.org/2011/04/29/comment-la-musique-suisse-sexporte-t-elle/
http://www.mx3.ch/partner/swissmusicexport
http://www.fem-vd.ch/la-fondation/Conseil-de-Fondation.html
Enregistrements RTS actuellement disponibles uniquement sur les postes d'écoute de la
BCUL site Riponne

La musique suisse et son rayonnement dans le pays. Table ronde en direct du Montreux Jazz Café Date: 01.07.2012 Int./Part.: Ridet, Marc; Bernard, Fabrice; Rosset, Corinne, et al. Emission: Café voltage Minutage: 01:56:43
Documents sonores, issus des archives de la Phonothèque nationale, disponibles uniquement
sur les postes d'écoute de la BCUL : site Riponne (3 postes) et site Unithèque (1 poste)

Ridet, Marc
Liens vers le réseau vaudois:
Tous les documents
Enregistrement sonore
Musique imprimée
Multimédia
La musique à la BCUL site Riponne


Nouvelle recherche