BCU Lausanne
 
BCUL / Documentation vaudoise / Musiciens vaudois : Recherche alphabétique


  A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 M : 52 références
 
 • Maddeford Lee
 • Maffei Fabio
 • Magaloff Nikita
 • Magicrays 
 • Mahaim Ivan
 • Malherbe Ivor
 • Malki 
 • Malo Alberto
 • Mani Claude-André
 • Mani Jacqueline
 • Manser Nathalie
 • Maréchaux Claude
 • Margot François
 • Margot Lucien
 • Markevitch Igor
 • Marville Jovanka
 • Mathieu Chantal
 • Matter Henri-Louis
 • Matter Jean
 • Matthey Jean-Louis
 • Maurice Pierre
 • Mayer Alexander
 • Mayer Pascal
 • Mayor Charles
 • Mebes Susanne
 • Melatonin 
 • Mercury Freddie
 • Mermoud Robert
 • Metianu Lucian
 • Mettraux Blaise
 • Meyer Brigitte
 • Meyer de Stadelhofen Frédéric
 • Meylan André-Daniel
 • Meylan Daniel
 • Meylan Pierre
 • Meylan Raymond
 • Meynent Claude
 • Michael Audrey
 • Michel Alice
 • Michel Matthieu
 • Moeckli Jean-Pierre
 • Molnar Jozsef
 • Monkey3 
 • Monnard Jean-François
 • Monnier Jean-Christophe
 • Monot Jean-François
 • Moór Emánuel
 • Moulin Béatrice
 • Musique-Montagne 
 • MXD 
 • MyBand 
 • Müller  Nono


Jean Matter (1915-1993)
 


Né le 27 novembre 1915 à Montreux, Jean Matter s'initie à la musique dès l'âge de sept ans. Il commence des études de lettres mais doit abandonner pour des raisons de santé. En 1943, il s'installe à Sonzier sur Montreux. En 1949, sa santé enfin rétablie, il trouve une place de travail aux Imprimeries réunies en tant que correcteur d'épreuve. Il exerce ce métier jusqu'à sa retraite en 1980. En 1951, il s'établit définitivement à Lausanne.


En 1953, Jean Matter publie son premier livre Bach éternel, puis en 1956, Honegger ou la quête de joie, préfacé par Ernest Ansermet. En 1959 paraît à Lausanne Mahler le démoniaque, première étude en langue française sur ce compositeur. En 1968 sort à Neuchâtel Wagner l'enchanteur, l'année suivante, en 1969, Les saisons de la musique et Parsifal ou le Pays romand. L'année de ses soixante ans, 1974, voit paraître Connaissance de Mahler: documents, analyses et synthèses, et en 1977, il publie son essai Wagner et Hitler. Avec cet ouvrage, il veut démontrer que l'on peut être wagnérien sans pour autant se faire complice du drame hitlérien. Dans le domaine de la traduction, il signe une version commentée de Tristan et Isolde en 1977 et traduit l'intégrale des Maîtres chanteurs, parue en 1989. Ce sera sa dernière publication, sa santé vacillant à nouveau.


Parmi les ouvrages non publiés de Jean Matter, citons César Franck le bienheureux (1947), Brahms ou le chant du crépuscule (1964), Sibélius le chantre du Grand Nord (1965), Chopin ou l'étranger et Schubert ou le mal de vivre. Il avait rassemblé une importante documentation pour un ouvrage qui devait s'intituler Histoire du Quatuor à cordes. Il a publié plusieurs articles dans les Feuilles musicales ainsi que dans la Revue musicale de Suisse romande. Il a également signé de nombreuses critiques de concerts et de films.


Jean Matter décède le 10 octobre 1993. Un fonds Jean Matter a été créé à la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne.


SOURCES: Dictionnaire des musiciens suisses, Zurich : Atlantis Verlag, 1964, pp. 248-249; Revue des musiques, 84ème année, 31 janvier 1995, p. 26/27; Revue musicale de Suisse romande, n° 3, 1995, p. 49-54 [BCU/MU/bru/2012/10/12]

 
Site Internet:
http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/d/D26951.php
Archives:
http://www.bcu-lausanne.ch/patrimoine/archives-musicales/liste-des-fonds/
Publications de la BCUL site Riponne:
1er extrait
Vente et commande ici
Liens vers le réseau vaudois:
Tous les documents
Enregistrement sonore
Musique imprimée
Multimédia
Documents sur le musicien
La musique à la BCUL site Riponne


Nouvelle recherche