BCU Lausanne
 
BCUL / Documentation vaudoise / Musiciens vaudois : Recherche alphabétique


  A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 G : 30 références
 


Henri Gerber (1879-1944)
(Gerber-Fivaz, Henri)
 


Henri Gerber est né à Moudon le 13 juillet 1879 d'une famille originaire de Sahrni (Berne). Il prend ses premières leçons de violon à l'âge de dix ans avec sa tante, Madame Rapin-Gerber. De quatorze à dix-huit ans, il est l'élève de Richard Frommelt au Conservatoire de Lausanne. Il poursuit ses études à Berlin, dans les classes de Moser et du célèbre Joseph Joachim. C'est en Allemagne, du reste, qu'il commence sa carrière de musicien, avant de revenir au pays où de 1903 à 1905, il est violon solo à l’Orchestre symphonique de Lausanne que venait de fonder Anton Suter.


Henri Gerber développe une carrière d'instrumentiste. Il fait partie de la Société de musique de chambre jusqu'en 1906. Chambriste également, c'est à lui que l'on doit la mise en place de la musique de chambre - art musical le moins populaire alors - au Conservatoire. En effet, il fonde le "Quatuor du Conservatoire" avec Aloÿs Baudet, Pierre Pilet et Adolphe Rehberg en 1914 et en est le premier violon jusqu'en 1918. Fervent amateur de musique de chambre, le directeur Jules Nicati apporte son soutien et parfois sa collaboration comme pianiste. Très présent dans la vie musicale du canton, il donne plus de quatre-vingt deux concerts entre 1904 et 1938 à Lausanne, Morges, Moudon et d'autres villes.


Henri Gerber est également un pédagogue de renom, dont on rapporte qu'il a donné le goût du violon à de nombreux jeunes gens; nommé en 1904 professeur des classes supérieures de violon du Conservatoire de Lausanne, il occupe ce poste jusqu’en 1943. Il enseigne également la musique instrumentale à l'Ecole normale de jeunes instituteurs, de 1905 à 1943, dirigeant à mainte reprise l'orchestre des élèves.


Henri Gerber décède dans sa soixante-cinquième année, alors qu'il est encore en exercice. Il a pour successeur au Conservatoire un autre excellent violoniste, Georges Desarzens. Son fils Pierre Gerber deviendra l'un des meilleurs luthiers de sa génération dont l'atelier de la rue de Bourg à Lausanne verra passer les plus grands violonistes du XXe siècle, tout en restant fidèle à une clientèle d'amateurs et au Conservatoire auquel il offre un prix annuel de violon. Il obtient même le titre honorifique de "luthier du Conservatoire" en 1946. Son successeur est Pierre Mastrangelo.


SOURCES: sites et références mentionnés; Burdet, Jacques, La musique dans le canton de Vaud 1904-1939, Lausanne, Payot, 1983, p. 228; Burdet, Jacques, L'Orchestre symphonique de Lausanne 1903-1914, extrait de la Revue historique vaudoise, 1972, p. 206; Sherrer, Antonin, Conservatoire de Lausanne 1861-2011, Gollion, Infolio, 2011, p. 67, 102-103; "Adieux à un musicien", Tribune de Lausanne, 1944/03/05, p. 6; "Henri Gerber", Tribune de Lausanne, 1944/03/07, p. 3; "Henri Gerber", Feuille d'avis de Lausanne, 1944/03/03, p. 12. [BCULMU06/BCUL/MU/bgc/2013/11/13]

 
Liens vers le réseau vaudois:
Tous les documents
Enregistrement sonore
Musique imprimée
Multimédia
La musique à la BCUL site Riponne


Nouvelle recherche