BCU Lausanne
 
BCUL / Documentation vaudoise / Musiciens vaudois : Recherche alphabétique


  A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 C : 63 références
 
 • Cachemaille Gilles
 • Callirhoé 
 • Calpini Christophe
 • Camerata de Lausanne 
 • Cañizares Yilian
 • Cardinaux Michel
 • Carrot Véronique
 • Cellier Alexandre
 • Cellier Marcel
 • Cerf Jacques
 • Chamorel Christian
 • Chapelle vocale de Romainmôtier 
 • Charlet André
 • Charlet Serge
 • Charlie Vitamine Band 
 • Chatton Pierre
 • Chenal Matthieu
 • Chenaux Antoine
 • Chewy 
 • Chkolnik Ilia
 • Choeur Ardito 
 • Choeur de l'Ecole normale de Lausanne 
 • Choeur de l'Elysée 
 • Choeur de l'Opéra de Lausanne 
 • Choeur de la basilique de Lausanne 
 • Choeur de la Cité de Lausanne 
 • Choeur de la Radio Suisse Romande 
 • Choeur des gymnases lausannois 
 • Choeur Faller 
 • Choeur HEP 
 • Choeur J.S. Bach Lausanne 
 • Choeur Laudate 
 • Choeur Pro Arte de Lausanne 
 • Choeur universitaire de Lausanne 
 • Choeur Vivace 
 • Chollet Anne
 • Chollet Jean
 • Chorale de l'Orient 
 • Chorale de la Pontaise 
 • Chorale du Brassus 
 • Christov Christo
 • Clerc Olivier
 • Clerc Pierre-Alain
 • Coker Paul
 • Collège des Cuivres de Suisse Romande 
 • Colombo Pierre
 • Combe Edouard
 • Compagnie d'Eustache 
 • Compagnons du Jourdain (Lausanne) 
 • Coppola Piero
 • Corboz Benoît
 • Corboz Michel
 • Cornaz Henri
 • Cornaz Philippe
 • Corps des Fifres et Tambours
     des Collèges de Lausanne 

 • Cortot Alfred
 • Cossart Leland A.
 • Courvoisier Sylvie
 • Cramer Georges
 • Crousaz  Juliette de
 • Cuendet Olivier
 • Cuénod Hugues
 • Cuenod Jules


Corps des Fifres et Tambours des Collèges de Lausanne (1902-)
 


L'origine du Corps des Fifres et Tambours des Collèges de Lausanne remonte aux débuts du Canton de Vaud. En effet, dès 1808, sous l'influence napoléonienne, les élèves du Collège académique sont astreints à des exercices militaires et au port d'un uniforme, ce qui est même réglementé par une loi de 1837. Les cadets disparaissent à Lausanne en 1897, mais le directeur du Collège classique cantonal Edouard Payot décide de fonder en 1902 un groupe de fifres et de tambours qui réunit les élèves du Collège classique et de l'Ecole industrielle, sans que l'uniforme soit de mise.


Très vite le Corps des Fifres et Tambours des Collèges de Lausanne participe aux manifestations importantes de la vie vaudoise et romande, comme la Fête du percement du tunnel du Simplon (1906), le 200e anniversaire de la mort du major Davel (1923), les Fêtes du Rhône (1934), ou encore le 150e anniversaire de l'entrée du Canton de Vaud dans la Confédération (1953). Il est également invité à participer à des spectacles, comme Tell au théâtre du Jorat en 1914 et se rend bientôt en Suisse alémanique et dans toute la France, voire l'Allemagne (Bâle en 1954, Arles en 1956, Blois et Zurich en 1958, Evian en 1960, 1965, 1973, Marseille en 1960, Aarau en 1965, Annecy en 1973, Berlin en 1968, Rouen en 1975, Tarrascon en 1977, Haguenau en 1979, Munich en 1980, etc.).


L'effectif du Corps des Fifres et Tambours des Collèges de Lausanne varie avec les années: il ne compte en 1928-1929 que huit membres, excellents musiciens, puis entre vingt et trente au début des années 1930. Durant cette période, on introduit les marches dites de Bâle et on développe une méthode originale d'écriture des coups de baguette dans des carrés successifs par des signes conventionnels; une telle méthode ne donnant pas le rythme, celui-ci doit être appris par cœur, mais elle ne rend plus nécessaire l'apprentissage du solfège pour jouer du tambour au Corps des Fifres et Tambours des Collèges de Lausanne. Celui-ci compte parmi ses élèves plusieurs musiciens et personnalités en devenir, comme Bossard, le fils du peintre, qui sera professeur de flûte au Conservatoire de Berne et flûte solo de l'orchestre de la Ville ou Jean-Pascal Delamuraz, Jacques Chessex, l'ingénieur J. Boss, syndic de Renens, les frères Vurlod, les avocats Georges Derron, Foetisch, ou encore le chirurgien et doyen de la Faculté de médecine Claude Perret. Certains élèves rejoignent ensuite le corps des fifres et tambours Merula de Lausanne. Parmi leurs formateurs il faut citer Emile Matthey qui remplace Pierre Renaud.


Le Corps a joué sans uniforme pendant une demi-décennie, seule la casquette étant obligatoire. Leur première casquette, en 1902, porte une lyre d'argent pour les fifres et une lyre d'or pour les tambours; elle s'orne d'un plumet rouge dans les années 1915-1916 puis, dans les années 1940, on ajoute simplement le plumet rouge sur la casquette de collégien qui porte un galon argent pour les fifres et un galon or pour les tambours, et on met tout simplement une chemise blanche à laquelle s'ajoute en 1949 une cravate rayée rouge et blanche. C'est en 1954 qu'apparaît la demande d'un costume, lorsque la Fanfare des Collèges, engagée par les organisateurs du Tir fédéral, devient quasiment le corps de musique officiel du Conseil d'Etat et doit paraître en uniforme. Emile Matthey et Pierre Renaud interviennent alors auprès du Département d'Instruction publique, obtenant un crédit de CHF 10.000, destiné à la réalisation de cet uniforme que l'on choisit, par souci d'homogénéité, semblable à celui de la Fanfare. Cet uniforme connaît quelques modifications, mais c'est en 1982 qu'il est entièrement remanié: on prend alors comme base des gravures anciennes du musée de Morges ainsi que l'aquarelle de Louis Curtat montrant les Cadets défilant dans les rues de la Cité; l'uniforme, encore porté aujourd'hui, renoue avec celui des origines des années 1840.


Le Corps des Fifres et Tambours de Lausanne est aujourd'hui une école de musique rassemblant des élèves de dix à dix-huit ans, offrant une activité musicale mais aussi de loisirs et une "école de camaraderie"; il comprend trois personnes de direction (directeur, sous-directeur et tambour-major), un responsable du matériel et porte-drapeau, dix instructeurs, qui ont entre seize et vingt ans, vingt-six élèves actifs, entre douze et dix-huit ans, tous portant l'uniforme, et quarante élèves en instruction de base. Leurs voyages récents les ont amenés de Lausanne à la région neuchâteloise et, en France, de la Côte d'Azur à l'Alsace et des Vosges à la Normandie.


SOURCES: sites et références mentionnés; "Le fifre soulève l'enthousiasme du public", Le Progrès, Lyon, 2004/09/11, p. 14; "Fifres et tambours se distinguent", 24 Heures, 1995/07/12, p. 36; "Cap des nonante ans", 24 Heures, 1992/05/15, p. 33; "Promotions du collège cantonal", Feuille d'avis de Lausanne, 1903/07/02, p. 16. [BCULMU06/BCUL/MU/bgc/2013/11/05]

 
Site Internet:
http://www.lausanne.ch/thematiques/scolarite-lausanne/loisirs-culture-sports/corps-de-musique.html
Site web personnel:
http://www.fifres-tambours-lausanne.ch/pages/accueil.php
Enregistrements RTS actuellement disponibles uniquement sur les postes d'écoute de la
BCUL site Riponne

[Claude Boller] Hadès et Coré. Poème chorégraphique pour récitant, soli, chœur mixte et orchestre. Date: 06 et 19.01.1962. Int./Part.: Gaillard, Paul-André; Orchestre de Chambre de Lausanne; Collèges cantonaux, Lausanne / Fifres et tambours; Renaud, Pierre; Tuscher, Nata; Jauquier, Charlez; Pasquier, Paul; Chanson de Montreux; Choeur mixte, Bulle. Emission: Production propre / Sauvegarde d'archives. Fribourg. OCL, Saison 1961-1962. Minutage: 00:49:30
Documents sonores, issus des archives de la Phonothèque nationale, disponibles uniquement
sur les postes d'écoute de la BCUL : site Riponne (3 postes) et site Unithèque (1 poste)

Corps des Fifres et Tambours des Collèges de Lausanne
Liens vers le réseau vaudois:
Tous les documents
Enregistrement sonore
Musique imprimée
Multimédia
La musique à la BCUL site Riponne


Nouvelle recherche