BCU Lausanne
 
BCUL / Documentation vaudoise / Musiciens vaudois : Recherche alphabétique


  A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 B : 56 références
 
 • Bacca Daisy
 • Bach Fritz
 • Baghdassarian Luc
 • Baker Bastian
 • Balissat Jean
 • Balissat Mina
 • Barbouze de chez Fior 
 • Bard Ysabelle
 • Barilier Roger
 • Barnabé 
 • Barrense-Dias José
 • BBFC 
 • Berkovits Françoise
 • Berney Jérôme
 • Besançon André
 • Besançon Thierry
 • Besson Arthur
 • Bettens Etienne
 • Bezençon Gilbert
 • Biamonte Francesco
 • Bidal Denise
 • Big Band de Lausanne 
 • Binet Jean
 • Bird Billie
 • Bischoff Justin
 • Bise Juliette
 • Blanchet Emile-Robert
 • Blank William
 • Blaser Pierre-André
 • Bloch Jean-Claude
 • Blok Stéphane
 • Blunier  Sam Frank
 • Boller Carlo
 • Bollier Elsa
 • Bonomo Massimo
 • Bornand Marcel
 • Bossel Jean-Claude
 • Bosshard Patricia
 • Bouldjoua Daniel
 • Boulouris 
 • Bourquin Daniel
 • Bouvier Renaud
 • Bovard Jean-François
 • Bovet Guy
 • Bovey Pierre-André
 • Braff Malcolm
 • Bron Patrick
 • Buenzod Emmanuel
 • Bugnon Alex
 • Bugnon Cyrille
 • Bugnon Yves
 • Buhler Philippe
 • Burdet Jacques
 • Burg Florence von
 • Buxtorf Brigitte
 • Bühler Michel


Etienne Bettens (1931-2016)
 


Pour Etienne Bettens, chanteur et chef de chœur vaudois né le 8 juillet 1931, le chant est une passion depuis son plus jeune âge. Que se soit avec sa famille ou durant ses premières années scolaires, Etienne Bettens a toujours chanté. Il découvre la joie de chanter en chœur à l’école primaire, puis au Petit chœur du collège dans lequel il interprète quelques solos. La lecture de partitions musicales n'a que peu de secrets pour Etienne Bettens qui, dès son enfance, solfie les airs et les chansons qu'il entend. C'est à l'École normale de Lausanne, entre 1947 à 1951, que le musicien poursuit sa formation. Il y fait la connaissance de Hermann Lang, qui le marque définitivement, et de Robert Piguet. En plus de chanter, le jeune normalien dirige quelques chœurs. Il n'a que dix-sept ans lorsqu'il dirige la chorale de l’école d’aspirants officiers de la caserne de Lausanne. Suite à cette expérience, Etienne Bettens est amené à diriger le choeur formé des sous-officiers et des recrues. Jamais ces soldats n’ont su son âge. Ces deux expériences lui apportent beaucoup et lui donnent le goût de la direction de chœur ainsi que du partage des valeurs autour de la musique.


En 1951, Etienne Bettens s'établit dans le petit village vaudois de Rossinière, où il devient régent, instituteur et enseignant. Tout en préparant son brevet de maître de musique avec Aloÿs Fornerod, il fait souvent chanter ses élèves a cappella ou à plusieurs voix. À Rossinière, Etienne Bettens reprend la direction du chœur d’hommes L’Espérance. Il dirige aussi le chœur mixte Le Picosi de Château-d’Oex (qu'il gardera cinquante ans) et fait son entrée chez les Chanteurs vaudois en reprenant le chœur d’hommes L’Harmonie des Alpes de Bex. Sa formation avec Aloÿs Fornerod est couronnée par l’obtention du Brevet d’enseignement de la musique en 1956. Cependant, Etienne Bettens reste avant tout chanteur. En 1949, choriste au Chœur des Jeunes, il se fait remarquer par un timbre de baryton-basse hors du commun. Il entreprend alors des études de chant au Conservatoire de Genève, qui se concrétiseront par l'obtention du Prix de virtuosité en 1962. Cela le conduit à chanter dans divers ensembles, comme le Chœur de la Radio suisse romande, l'Ensemble baroque de Lausanne, l'Ensemble vocal des solistes romands ou encore le Quatuor Scarabée. Il se produit plusieurs fois sur de grandes scènes d'opéra, notamment celles de Lausanne, de Genève, de Paris et de Venise. Durant huit ans, Etienne Bettens sera à la tête du Chœur de l'Opéra de Lausanne (TML) pour lequel il prépare, en 1994, Eugène Onéguine de Tchaïkovsky.


En plus de sa carrière de chanteur et de chef de chœur, Etienne Bettens poursuit son parcours d'enseignant. En 1957, il s'établit à Lausanne où il transmet son savoir aux étudiants du collège de Béthusy. Il assume également la charge de doyen de la formation des maîtres de musique, placée sous la houlette du Conservatoire. Son investissement au sein de cette fameuse institution le mène à la fonction de doyen du Conservatoire, poste qu’il occupera jusqu’en 1996. A la retraite, Etienne Bettens reste encore acteur du milieu musical à Lausanne et en Suisse romande.


Etienne Bettens décède le 30 août 2016.


SOURCES: Sites mentionnés; 24 heures, 2002/11/19; La Gazette de Lausanne, 1962/10/29, p.3; La Gazette de Lausanne, 1994/09/10, p.29; "Enquête sur les chanteurs" in: Revue Musicale de Suisse Romande, 1972, n°1. [BCULMU06/BCUL/MU/mm/2011/10/31]

 
Sites Internet:
http://www.choeur.ch/uploads/8/1/8/9/81899818/alu_39_etienne_bettens_2.pdf
http://www.deezer.com/en/track/17140579
http://www.musicanet.org/cgi-bin/epeios.cgi?_target=gesbib&_skin=Musica&_session=&_language=fr&Record=1351&Bro...
http://www.hommages.ch/Defunt/101591/Etienne_Bettens
Enregistrements RTS actuellement disponibles uniquement sur les postes d'écoute de la
BCUL site Riponne

Entretien avec Etienne Bettens, basse : A propos de l'oeuvre "Punctus contra punctum" de Franz Tischhauser Date: 16.01.1976 Int./Part.: Bettens, Etienne; Jaton, Henri Minutage: 00:04:38
Documents sonores, issus des archives de la Phonothèque nationale, disponibles uniquement
sur les postes d'écoute de la BCUL : site Riponne (3 postes) et site Unithèque (1 poste)

Etienne Bettens
Liens vers le réseau vaudois:
Tous les documents
Enregistrement sonore
Musique imprimée
Multimédia
Documents sur le musicien
La musique à la BCUL site Riponne


Nouvelle recherche