BCU Lausanne
 
BCUL / Documentation vaudoise / Musiciens vaudois : Recherche alphabétique


  A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 B : 56 références
 
 • Bacca Daisy
 • Bach Fritz
 • Baghdassarian Luc
 • Baker Bastian
 • Balissat Jean
 • Balissat Mina
 • Barbouze de chez Fior 
 • Bard Ysabelle
 • Barilier Roger
 • Barnabé 
 • Barrense-Dias José
 • BBFC 
 • Berkovits Françoise
 • Berney Jérôme
 • Besançon André
 • Besançon Thierry
 • Besson Arthur
 • Bettens Etienne
 • Bezençon Gilbert
 • Biamonte Francesco
 • Bidal Denise
 • Big Band de Lausanne 
 • Binet Jean
 • Bird Billie
 • Bischoff Justin
 • Bise Juliette
 • Blanchet Emile-Robert
 • Blank William
 • Blaser Pierre-André
 • Bloch Jean-Claude
 • Blok Stéphane
 • Blunier  Sam Frank
 • Boller Carlo
 • Bollier Elsa
 • Bonomo Massimo
 • Bornand Marcel
 • Bossel Jean-Claude
 • Bosshard Patricia
 • Bouldjoua Daniel
 • Boulouris 
 • Bourquin Daniel
 • Bouvier Renaud
 • Bovard Jean-François
 • Bovet Guy
 • Bovey Pierre-André
 • Braff Malcolm
 • Bron Patrick
 • Buenzod Emmanuel
 • Bugnon Alex
 • Bugnon Cyrille
 • Bugnon Yves
 • Buhler Philippe
 • Burdet Jacques
 • Burg Florence von
 • Buxtorf Brigitte
 • Bühler Michel


Barnabé (1940-)
(Jean-Claude Pasche)
 
Pasche_JCl_01.jpg
Photo : Libre de droit
(Cliquer sur l'image pour l'afficher en taille réelle)


Jean-Claude Pasche, alias Barnabé, fondateur du Théâtre du même nom, est né le 20 juin 1940 dans une famille d'agriculteurs. S'il aide son père dans l'exploitation familiale, au début des années 1960, il ne se destine pas particulièrement à l'agriculture. Passionné d'opéra, il a désiré devenir chanteur, suivant même un stage à Bayreuth, et, aujourd'hui encore, il court les concerts dans toute l'Europe. Il se passionne également pour la musique mécanique.


Lorsque son grand-père, Constant Pasche, s'installe à Servion, il rachète en 1865 un ancien bâtiment construit en 1740, pour accueillir l'auberge communale du village. Le nouveau propriétaire y installe un restaurant et une exploitation agricole. Attiré par le monde du spectacle, il décide en 1920 d'aménager une grange attenante en salle de spectacles qui sera utilisée par la commune pour les soirées des sociétés locales ainsi que comme cinéma ambulant. La salle devient l'une des étapes de la tournée du père Chappi qui diffusait des films de village en village; elle accueille encore en 1922 un meeting aérien qui fait sensation.


En 1965, pour fêter le centenaire de l'installation de la famille Pasche à Servion, Jean-Claude Pasche, petit-fils du premier propriétaire, rouvre, avec sa sœur Françoise, la fameuse grange, pour une fête commémorative qui se solde par un grand succès. L'idée apparaît alors d'organiser chaque année une Fête du printemps.


L'année suivante constitue un tournant décisif pour l'histoire de Jean-Claude Pasche et du théâtre. Il rencontre en effet l'ancien directeur du Théâtre municipal de Lausanne, Jacques Béranger; celui-ci avait repris en 1936 la Revue, grand événement culturel de Suisse romande qui, après avoir atteint un pic de célébrité dans les années 1948-1955, s'éteint en 1959. Les deux hommes décident alors de déplacer la Revue à Servion et de la faire renaître de ses cendres, près de dix ans plus tard. La Revue recommence donc à Servion en 1967, attirant seulement six cents spectateurs. Mais, année après année, le spectacle se fait connaître et attire toujours plus de monde, si bien que Jean-Claude Pasche doit envisager une rénovation et un agrandissement de la salle. Il obtient, avec le soutien de son père, les crédits nécessaires en 1977 pour ces travaux importants. Durant les trois années de travaux, la Revue devient itinérante et reprend, en 1980, dans la salle rénovée. Un incendie détruit partiellement la salle, en 1994, provoquant d'importants dégâts. Avec la même conviction, Jean-Claude Pasche, directeur et meneur de revue, reconstruit le théâtre, dont la programmation efficace est assurée par Emmanuel Samatani, et le succès se poursuit. Le théâtre de Servion attire aujourd'hui 40 000 spectateurs chaque année.


Collectionneur passionné d'instruments anciens, Jean-Claude Pasche trouve à Lausanne en 1964 un ancien orgue de foire, doté de trois cent cinquante tuyaux et fabriqué par la prestigieuse manufacture d'orgues Gebruder Bruder de Waldkirch, le restaure patiemment et l'installe dans la salle de spectacle. Le propriétaire des lieux doit son surnom à cet imposant instrument, baptisé "Barnabé" sur la suggestion d'André Béart-Arosa, l'un des premiers réalisateurs de la toute jeune Télévision suisse romande (TSR). Il déniche ensuite en 1970 un orgue de cinéma dans les combles du cinéma Apollo de Zurich, où il avait été installé par la manufacture d'orgue M. Welte & Sohne en 1928, et le fait installer au café-théâtre en 1998. Restauré, complété et agrandi, pouvant même aujourd'hui être connecté à un ordinateur, il s'agit, avec cent cinquante jeux, du plus grand orgue de cinéma et de théâtre d'Europe et du plus grand orgue symphonique de Suisse.


Depuis 1980, le Café-Théâtre Barnabé se diversifie et a accueilli des artistes et des ensembles prestigieux, privilégiant également les artistes romands: Claude Luter, Ralph Sutton, Bill Collman, Art Blakey et ses Jazz Messengers, le Dutch Swing College Band, la fanfare anglaise La Guss, le Washington High School Band, Jaky MIllet Jazz Band, l'Orchestre de chambre de Lausanne dirigé par Armin Jordan, l'Orchestre symphonique de Budapest, l'Orchestre de chambre de Genève dirigé par Thierry Fischer, la Chorale du Brassus, le Chœur Novantica, le Collège des Cuivres de Suisse romande, Frankie Bernard Big Band, Los Muchachos Tango, l'Original Prague Syncopated Orchestra, François Sylvant, Olivier Lejeune, Eric Thomas, Gérard William, Henri Dès, le Chœur Dumka Capella, ou encore les comédiens Bernard Haller et Marie-Thérèse Porchet qui font leurs premières armes à Servion... Le Théâtre Barnabé a entièrement créé des spectacles comme Rêves de Valses, l’'Auberge du Cheval Blanc, La Veuve Joyeuse, Hair, West Side Story, Oliver Twist, et en création mondiale, La Cage aux Folles, comédie musicale en français, La Guerre des Boutons, Robots, etc.


Jusqu'en 1996, les productions se décident et se montent au coup de cœur puis, sous l'impulsion d'Emmanuel Samatani, qui reçoit carte blanche pour restructurer la saison artistique, des rendez-vous bien précis se mettent en place tout au long de la saison. Le théâtre accueille ainsi en mars le Festival du film muet, en mai un spectacle lyrique (opérette ou comédie musicale) et en juin, c'est Fenêtre à la création: une troupe extérieure est invitée à créer un spectacle au café-théâtre. En septembre a lieu un spectacle musical pour toute la famille et, de novembre à février, la Revue satirique.


Ouvert à la musique, aux spectacles de music-hall, aux opérettes, comédies musicales et, depuis trente ans, au théâtre, le Théâtre Barnabé s'apprête à fêter plusieurs anniversaires. 2014 est l'occasion de fêter la cinquantième saison, tandis que 2015 marque les cinquante ans de "l'aventure Barnabé" et 2016 l'anniversaire de la cinquantième Revue. Le patrimoine réuni à Servion est géré depuis 2005 par une fondation reconnue d'utilité publique par le Département vaudois des affaires culturelles. Outre Emmanuel Samatini, Jean-Claude Pasche collabore avec son neveu, Christophe Chaillet, pour la partie administration.

Un grande fête est en préparation pour la célébration des 50 ans du Café-Théâtre en 2015.


SOURCES: sites et références mentionnés; Crettenand-Sierro, "Barnabé", dans Kotte, Andreas, Dictionnaire du théâtre en Suisse, vol. 3, Zurich, Chronos Verlag, 2005, p. 1484; "Il a consacré sa vie au spectacle - sous le masque de Barnabé", Journal de Morges, 2011/07/22, p. 3; System, "Barnabé, l'homme qui s'est construit un théâtre pour en faire", 24 Heures, 2006/01/11, p. 29; Koutchoumoff, Lisbeth, "Barnabé, l'autodidacte inspiré", Le Temps, 2001/03/22; Duruz, Céline, "Le vaudeville à la vaudoise, un éternel contre-pouvoir", 24 Heures, 2011/12/05, p. 21; "Tout est théâtre dans la maison au-dessus du lac de Barnabé!", Le Matin, 2012/01/15, p. 81; Koutchoumoff, Lisbeth, "Barnabé: j'aime trop l'orgue pour le laisser mourir dans une église!", Le Temps, 2001/03/22; Myriam Meuwly, "Barnabé ou l'art de la mayonnaise", Le Temps, 1998/12/16; 24 Heures 2013/12/12, p.36 avec photo [BCULMU06/BCUL/MU/bgc/2013/10/22]

 
Sites Internet:
http://www.journaldemorges.ch/editorial/region/il-consacre-sa-vie-au-spectacle-sous-le-masque-de-barnabe
http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9%C3%A2tre_Barnab%C3%A9
http://www.flayer.ch/orgues/orgue-de-cinema-du-theatre-barnabe-de-servion.html
http://parolesdesoie.unblog.fr/2010/03/08/barnabe-une-histoire-de-famille/
Site web personnel:
http://www.barnabe.ch/
Enregistrements RTS actuellement disponibles uniquement sur les postes d'écoute de la
BCUL site Riponne

Visite du Théâtre Barnabé à Servion, à l'occasion de la dernière de la Revue, en compagnie de son fondateur et directeur. Date: 18.03.2007. Int./Part.: Barnabé [=Pasche, Jean-Claude]; Fazan, Daniel. Emission: Intérieurs. Minutage: 00:58:32

Entretien avec Jean-Claude Pasche, alias Barnabé, à propos de son spectacle au Café-théâtre de Servion. Date: 27.04.2004. Int./Part.: Barnabé [=Pasche, Jean-Claude]; Maillard, Alain. Emission: Recto Verso. Minutage: 00:48:33

Entretien avec Barnabé, restaurateur, fondateur et animateur de la Revue de Servion. Date: 28.03.1991. Int./Part.: Barnabé [=Pasche, Jean-Claude]; Lehmann, Jean-Luc. Emission: Zigzag. Minutage: 00:20:36
Liens vers le réseau vaudois:
Tous les documents
Enregistrement sonore
Musique imprimée
Multimédia
Documents sur le musicien
La musique à la BCUL site Riponne


Nouvelle recherche