BCU Lausanne
 
BCUL / Documentation vaudoise / Ecrivains vaudois


  A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 B : 87 références
 
 • Badoux Eugène
 • Baechler Sonia
 • Baechtold Gilbert
 • Baillie Vivienne
 • Ballif Claude
 • Bandelier Gaël
 • Barbey Bernard
 • Barbey Mary Anna
 • Barilier Etienne
 • Barilier Roger
 • Barkat Hadi
 • Barras Rémy
 • Barraud Philippe
 • Barrense-Dias José
 • Bataillard Aloys
 • Bataillard Nouky
 • Bauverd Carlos
 • Bavaud Michel
 • Beausire Pierre
 • Beetschen Olivier
 • Belbachir Ahmed
 • Belilos Marlène
 • Bellmann Pierre
 • Belluz Sergio
 • Beltrami Pilar
 • Ben Salah Rafik
 • Bendel Philippe
 • Bentoiu Annie
 • Benz Jacqueline
 • Berger René
 • Bergmann Flynn Maria
 • Bernard Richard-Edouard
 • Berney Claude
 • Berset Fernand
 • Berset Jean-Claude
 • Bertschi Arthur
 • Bessette Hélène
 • Bezençon Hélène
 • Billeter Jean
 • Blanc Géo H.
 • Blatter Ulrike
 • Blok Stéphane
 • Blondel Sylvie
 • Blunier  Sam Frank
 • Boggio Sylvain
 • Boillet Eugénie
 • Bolli Michèle
 • Bonzon Philippe
 • Borchanne René
 • Boré Emilie
 • Borel Xochitl
 • Borel-Freymond Jacqueline
 • Borgeaud Georges
 • Borin Yvan
 • Borloz Karine
 • Bory Charles
 • Bory Michel
 • Bosc David
 • Boscacci Rosario
 • Boschung Nathania
 • Bottani-Zuber Anne
 • Bouchard Louise Anne
 • Boulanger Grégoire
 • Boulanger Mousse
 • Bovard Jacques-Etienne
 • Bovey Delphine
 • Bovon Stéphane
 • Brand Dominique
 • Brandt Jean-Marie
 • Bregani Anne
 • Bregnard Serge
 • Bron Jacques
 • Brouard Michel
 • Brumagne Marie-Magdeleine
 • Brussell Samuel
 • Bräutigam Madeleine
 • Buache Freddy
 • Buchet Gérard
 • Buchheim Cléo
 • Buenzod Michel
 • Buffat Françoise
 • Bult Christopher
 • Burckhardt Christof W.
 • Burnod Elisabeth
 • Burri Julien
 • Buti Roland
 • Bühler Michel


Hélène Bessette (1918-2000)
 
Née le 31 août 1918, à Levallois, épouse d’un pasteur, Hélène Bessette est institutrice. De 1946 à 1949, elle vit avec son mari (et ses deux fils) en Nouvelle-Calédonie. Dans la revue de missionnaires qu’ils animent à Nouméa, l’ethnologue Maurice Leenhardt remarque son premier roman, Marie Désoublie, et la recommande à Michel Leiris. Divorcée et revenue en France, elle envoye ses manuscrits aux éditeurs, obtient le même jour de décembre 1952 rendez-vous avec Raymond Queneau (Gallimard), puis avec Francis Jeanson et Paul Flamand (Seuil) : le premier lui fait signer un contrat qui la lie pour ses dix prochains titres… Lili pleure, dont Sartre publie un extrait dans Les Temps Modernes, paraît en 1953, obtient le prix Cazes e de même que Vingt minutes de silence (1955). Elle enchaîne les romans chez Gallimard – notamment maternA (1954), Les Petites Lecoq (aussitôt condamné pour diffamation et outrage aux bonnes mœurs, ce livre sera réédité sous le titre Les Petites Lilshart en 1967), La Tour (1959), Si (1964), Garance rose (1965), Suite suisse (1966), Ida ou le délire (1973)… - et une pièce de théâtre, Le Divorce interrompu (1968).
Reconnue toutefois, Hélène Bessette figure à plusieurs reprises dans les listes du Goncourt ou des Deux-Magots, y obtenant des voix celle de Queneau à coup sûr et décroche dès 1954 le prix Cazes pour Lili pleure. Pourtant, l'attention à son égard s'estompe. En 1962, elle démissionne de l'Éducation nationale, s'installe en Suisse, où elle fait des ménages, puis habite Château-Thierry ou Lausanne. En 1974, démunie, elle revêt l'uniforme de domestique à Londres. C'est une période noire. Dès les années 1960, Duras et Queneau lui viennent cependant en aide, réclamant pour elle des bourses, signant des articles enthousiastes, comme ce " Lisez Hélène Bessette " de 1964, par Duras, dans L'Express. Mais rien n'y fait.
Hélène Bessette décède le 10 octobre 2000.

SOURCES: sites et références mentionnés [BCU20/Doc.vaudoise/bs/2011/10]
 
Derniers titres parus
Oeuvres de fiction TAut.bess
roman
 
Sites Internet:
 Site Web  http://www.lmda.net/din/tit_lmda.php?Id=53730
 Site Web  http://laureli.over-blog.com/article-3417296.html
 
Wikipedia Wikipedia
 Scriptorium


Nouvelle recherche